L’expansion des cas d’infection au covid-19

On a dépassé les 8000 cas d’infection (officiels) la courbe est en pleine ascension à Tokyo.

Les habitants de Tokyo entrent peu à peu dans une logique de confinement, confinement très relatif car non obligatoire et dépendant de la volonté de chacun. Mais en traversant en vélo le quartier, en temps normal, ultra touristique de Omotesando, j’ai pu me rendre compte que la quasi totalité des magasins avaient fermé leurs portes et j’aurais pu compter le passants sur les doigts de la main. Je ne prends quasiment jamais le train, et encore moins maintenant, mais mes collègues m’ont rapporté que certaines rames étaient presque vides samedi dernier vers 19h00 aux abords de Shibuya. Les mesures de semi fermeture des restaurants et les restrictions sur l’alcool dans les restaurants semblent avoir un effet sur l’affluence dans certains quartiers.

L’image de leader politique fort que s’agit forgé monsieur Abe en a pris un coup. On l’a vu exhorter les gens à rester chez eux le weekend, lui-même chez lui, regardant la télé avec son petit chien sur les genoux. Il se donne du mal pour combler son impuissance politique alors qu’en fait, le respect des consignes de confinement semble surtout dépendre de la pluie et du beau temps, au sens littéral. Par de belles journées les parcs sont occupés par des familles aux visages masqués certes, mais les distances de sécurité, on ne connaît pas. En même temps, les annonces dans les supermarchés exhortent les clients au respect des consignes : distance, se laver les mains, porter un masque. La plupart des gens respectent ces consignes. Quelqu’uns semblent s’en moquer, mais très peu à vrai dire.

Dans les grands médias, on commence à voir des spécialistes expliquer le risque encouru si on ne fait pas les choses comme il faudrait (le dépistage de masse par exemple). Ils mettent en garde contre une explosion qui risquerait très vite de devenir incontrôlable.

Ça fait plus d’une dizaine d’années que je vis à Tokyo et comme beaucoup d’étrangers arrivés à cette époque (je ne sais pas si c’est toujours le cas maintenant), je voyais que les gens me regardaient d’un air surpris, curieux ou que je ne savais comment interpréter. Et puis, au fil des années, sûrement parce que je m’y suis habitué mais surtout parce que le nombre de résidents étrangers à fortement augmenté et que le nombre de touristes a explosé, j’ai pu constater que les japonais, à Tokyo du moins, étaient de plus en plus indifférents à la présence des étrangers ici. Mais récemment, et j’ai attendu pas mal de temps avant d’en parler pour être sûr de mes affirmations, de nouveau je sens les regards, impression confirmée par des collègues ou amis. Pas des regards méchants mais qui sentent le danger ou dérangés par ce qu’ils voient. Ce n’est pas étonnant, c’est l’instinct grégaire. Et quand on voit les réactions vues en France à l’égard des asiatiques au début de l’épidémie, je crois que personne ne peut faire de leçons de morale à personne. C’est juste un poil agaçant de voir des regards se tourner vers nous et de voir en même temps plein de gens baigner dans l’inconscience et, plus grave, se contaminer entre eux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s