le confinement revu par les habitants de Tokyo

Comme cela a été noté dans notre article de hier, le confinement demandé par le gouvernement japonais a débuté hier à minuit. Mais comme on a pu le constater, il n’y a en fait pas de confinement. la première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est de voir des gens se promener en famille ou en couple, des joggeurs en nombre nettement plus élevé que d’habitude (samedi et dimanche compris) courir à petites foulées dans les rues des quartiers résidentiels. Me déplaçant à vélo, j’ai traversé plusieurs quartiers où j’ai constaté la même chose. Et je ne parle pas du parc de Komazawa où on se serait cru un samedi matin. Le soir, je rentre chez moi et regarde les infos sur le net. Les images télévisées prises en hélicoptères survolent les points névralgiques de la ville : Shibuya, Tokyo, Shinjuku etc. quasiment personne dans les rues, ce qui recoupe les instructions du gouvernement national et du gouvernement de Tokyo. Conclusion : les gens, dont beaucoup sont passés en télé travail, évitent de prendre le train, évitent les points névralgiques, mais se promènent dans leur quartier, voire y encombrent les rues commerçantes. Les gens redécouvrent leur petit quartier, formidable. Donc, en regardant les images « officielles », on pourrait croire que Tokyo vit un lockdown comme de nombreuses grandes métropoles dans le monde. Mais il n’en est rien.

De plus, on assiste à une petite bataille de responsabilités entre le premier ministre et la gouverneure de Tokyo. Le premier ministre n’étant manifestement pas chaud pour limiter les ouvertures de magasins et pas équipé législativement pour obliger les gens à rester chez eux, la gouverneure de Tokyo voulant plus de fermetures. Fermetures toutes relatives car on parle de ne plus laisser servir d’alcool dans les izakaya à partir de 18h00, l’heure où les salaryman commencent justement à sortir des bureaux et, pour certains, commencent à boire. Il s’agit d’éviter des attroupements dans des lieux confinés. Je pourrais citer d’autres exemples mais je crois qu’on aura compris, ou pas, cette logique de la demi-mesure. Il devrait y avoir une nouvelle annonce de la gouverneure de Tokyo samedi, attendons de voir.

Comment les gens voient la situation ici ? Un peu comme partout j’imagine. il y a des personnes complètement apeurées, des personnes inquiètes, des personnes qui se sentent fortement concernées, des personnes qui s’en fichent, des personnes qui ont conscience mais se disent simplement qu’ils ne peuvent rien y faire. Bref, un beau panel représentatif de sensibilités que les structures d’encadrement de la société ne cadrent justement pas. Je dis ça sans donner de leçons de morale, je fais comme les autres, selon ma sensibilité : j’applique le port du masque, me lave régulièrement les mains, évite systématiquement pas les transports en commun, évite au maximum les endroits où il y a du monde, et continue ma petite vie. Je suis en télé travail, ce qui me permet d’éviter un peu plus de contaminer les autre sou de me faire contaminer.

Une chose m’intrigue : alors que j’ai senti la psychose monter quand on a commencé à compter les premiers morts au Japon, je sens maintenant un relâchement alors que la situation est plus grave que jamais à Tokyo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s