Le confinement au Japon : une blague ?

Hier le premier ministre a annoncé comme prévu depuis le début de la semaine le confinement. Un confinement non contraint certes, à cause d’une constitution made in USA qui ne permet pas de décréter un véritable état d’urgence avec une action d’encadrement policier ou militaire.

Concrètement, il a demandé aux écoles, services récréatifs et autres de fermer leurs portes. La loi ne peut y contraindre mais des mesures pour contraindre les personnes concernées pourraient être mises en oeuvre. C’était surtout un appel au civisme et à la responsabilité de chacun. C’était un appel fort qui invoquait un danger de santé publique majeur, le risque d’une élévation du nombre de morts, un engorgement des hôpitaux.

Dans mon entreprise, nous sommes presque tous passés en télétravail, comme le conseille à répétition le haut parleur des stations de la JR (Japan Railways). Pourtant, j’ai vraiment l’impression de ne pas avoir compris les consignes gouvernementales, en tous cas pas comme de nombreux habitants de Tokyo, tout heureux de profiter du beau temps ou de cette période de télétravail pour se promener par cette belle journée printanière. Gens de tous âges, qui semblent même plus relax que la semaine dernière, alors que l’état d’urgence a été déclaré, sans moyens coercitifs certes, mais ce n’est pas anodin.

Ceci m’amène à un constat simple : les japonais de Tokyo, pas tous mais un bon nombre, se fichent pas mal de propager le virus. Je ne parle pas de personnes qui ont l’absolue nécessité d’aller travailler. je parle des promeneurs. cette crise passée, continuera t-on à raconter que les japonais sont un peuple qui fait attention au groupe, poli, respectueux des règles etc ? Oui, on pourra continuer à raconter cette belle histoire, mais on saura, même en cliché, ce que ça signifie vraiment. Le sens de tout ça, c’est que les japonais se conforment à leurs cercles : cercle professionnel, amical, familial. Ils ont une conscience du bien commun toute relative. J’imagine que certains n’ont pas annulé des rencontres ou petits rassemblements, surtout les jeunes qu’on a vus pique-niquer dans les parcs au moment de la floraison des cerisiers. Les centres qui concentrent les foules les plus denses se sont vidées, au profit des quartiers dont la proximité avec le lieu d’habitation semble illusoirement garantir sérénité et sécurité. Comme le fait d’enlever son masque en présence de personnes qu’on connait…Soit les gens sont inconscients, soient ils n’y croient plus et profitent du moment présent. Ce qui ne ressemble pas au japonais sérieux, travailleurs, prévoyant. Ou le pays a changé.

Presque pas de devanture fermées. Les seules devantures fermées que j’ai vues : un de mes cafés favori à Sancha déjà fermé depuis un moment et qui a laissé un message sur la porte pour conseiller tout le monde ) la plus grande prudence. Et puis, j’ai vu que l’agence de voyage de la rue commerçante du coin avait fermé ses portes. En même temps, ça ne doit pas leur coûter beaucoup vu le contexte.

Peut-être que les gens se préparent avant un confinement plus strict. On verra dans les prochains jours. Le système semble faible en situation de crise majeure. Mais je pensais que les japonais relevaient le niveau par leur forte conscience sociale. Je trouve cette conscience différente ces derniers temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s